#20/21 Édito

Cette saison, la prochaine création engage notre énergie avec un démarrage à l’automne à la Cascade, lieu ouvert sur les Arts du cirque et leurs croisements interdisciplinaires. Les ondes seront certainement propices à nos recherches dans un lieu aussi magnifique.« Dérapages », qui a « dérapé » en avril dernier à cause du confinement, se relève la saison prochaine pour nous embarquer dans les limbes féériques du lightpainting avec tout son lot d’avancées numériques au service de la création. Une aventure où les interactions entre danse et acrobatie prolongent de manière innovante et subtile mon désir d’être toujours en lien avec les circassiens marocains de Shems’y qui, en partageant avec moi leur travail depuis plus de dix ans, m’ont amenée à penser et imaginer cette pièce. Nous prendrons le temps d’une année pour sillonner « Dérapages », le construire patiemment, et vous l’offrir avec de nouveaux artistes dans l’équipe.

Durant cette saison et en création à la Biennale des Arts du cirque de Marseille, un évènement de taille nous/vous attend avec la reprise de « Parallèle 26 », pièce coréalisée avec Archaos en 2007. Son thème de l’enfermement est plus que jamais au goût du jour, reposant la question de nos vies dans ces espaces-prisons où nous pouvons nous retrouver du jour au lendemain. Problème récurrent dans nos sociétés, la question de l’enfermement a souvent été traité dans mes spectacles, de manières différentes, procurant un débat sur notre liberté à être, à faire, à construire ou à détruire…L’imposante cage de 26 perches hautes de cinq mètres enfermant huit protagonistes agars en attente d’évasion, ne peut que souligner, appuyer et marquer notre vécu confiné de ces derniers mois et le monde entier bloqué sur lui-même.

Quant à « Pièce à vivre », solo dansé, chanté, parlé et mené depuis deux saisons dans une ribambelle de lieux improbables et hors scène, il repart dans son itinérance volontaire, aux centres des villes et villages, au cœur des attroupements et des échanges humains. Une sorte de spectacle à « marché », ouvert sur l’autre, sur notre vie passée et future. A chaque représentation, une poignée d’expériences et de rencontres vient assaisonner de piments et d’épices la recette si particulière de ce spectacle.

Car, tant qu’il y a de la création, des rencontres et des regards, de l’énergie et de l’écoute, il y a la vie. Rester sur cette planète impose à être debout avec force et pour ce faire, l’ouverture aux autres et au monde, est plus que nécessaire.

Comme chaque année, nous danserons et créerons avec les enfants, les adolescents, les amateurs comme pour le défilé de la Biennale de danse de Lyon, « Dans les peaux de l’Afrique » en duo artistique avec la chorégraphe Hélène Petit, le territoire de St Marcellin et notre porteur de projet CLV. Le 31 mai 2020 verra le report de ce défilé à Lyon avec tous les groupes participants et le public si nombreux à chaque fois.

Sillonner, rencontrer, créer, jouer seront nos mots clefs d’une saison qui démarre à nouveau et qui, nous l’espérons, se maintiendra haute et forte jusqu’au bout, sans encombre ni déceptions. Allez, let’s go !!!

agenda